Budget du Québec 2019-2020

Publié le 22 mars 2019

Une volonté de rendre les entreprises plus compétitives dans une économie en transformation, selon la FCCQ et la Chambre de commerce de Mékinac.

Saint-Tite, le 22 mars 2019 – Le premier budget du ministre Éric Girard fournit des outils intéressants pour les entreprises, dont des mesures attendues par la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) et la Chambre de commerce de Mékinac pour assurer la compétitivité des entreprises et les épauler dans leurs défis de main-d’œuvre.

« Les entreprises vont se reconnaître dans ce budget économique, qui vise à les aider à recruter la main-d’œuvre dont elles ont besoin, à ajouter des mesures pour améliorer leurs moyens de production et à prendre le virage numérique », commente Stéphane Forget, président-directeur général de la FCCQ. « Ce budget vise aussi à leur simplifier la vie, lorsqu’elles font affaire avec l’État pour se développer », ajoute Daniel Hamelin, président de la Chambre de commerce de Mékinac

Main-d’œuvre : un coup de main pour le recrutement et la rétention

L’apport des travailleurs expérimentés est essentiel dans le contexte actuel : « La réduction des impôts des travailleurs expérimentés et celle des charges sur la masse salariale pour les entreprises qui les embauche constituent des mesures gagnants-gagnantes », souligne Stéphane Forget et Daniel Hamelin qui souhaitent que l’aide aux petites entreprises puisse être étendue aux plus grandes, à la lumière des résultats de ces mesures.

Équilibre budgétaire et croissance des entreprises : continuer dans la bonne direction

La bonification de la capitalisation d’Investissement Québec, de 4 G$ à 5 G$ pour la prochaine année, permettra à Investissement Québec d’investir davantage auprès des entreprises, notamment sous forme de prêts et prises de participation. Cela constitue une réponse à la demande de la FCCQ de faciliter l’accès au capital, particulièrement pour soutenir la croissance des entreprises – il faut cependant assurer une complémentarité avec le secteur privé.

En plus de poursuivre les versements au Fonds des générations, le gouvernement maintient l’équilibre budgétaire en s’attaquant plus tôt que prévu à la réduction de la dette brute, avec pour objectif d’atteindre 45 % du PIB en 2025-2026.

Développement économique de toutes les régions du Québec : des moyens pour nos ambitions

Pour la FCCQ et la Chambre de commerce de Mékinac l’objectif de déployer le plus rapidement possible le réseau Internet haute vitesse et la téléphonie cellulaire dans les régions qui ne sont toujours pas desservies faisait partie des priorités de ses recommandations prébudgétaires. « Le gouvernement réserve 400 M $ pour les sept prochaines années, mais nous croyons tout de même qu’il doit y avoir un maximum de branchement au réseau à l’intérieur du mandat, d’ici 2022 », souligne Daniel Hamelin.

L’ajout de 15 G$ supplémentaires dans le Plan québécois des infrastructures 2019-2029 est également une bonne nouvelle, puisqu’il est nécessaire de se doter des ressources qui permettront de combler les besoins en développement, mais également en maintien des actifs. « Une grande partie des investissements qui seront nécessaires pour la prochaine décennie iront aux projets en transport, ainsi que pour les infrastructures publiques, notamment en éducation et en santé », remarque Stéphane Forget. « Pour bien développer les projets dans les régions, il sera également important de prévoir à l’intérieur du PQI des sommes pour la construction des infrastructures nécessaires aux projets de développement des ressources naturelles ainsi que des zones industrielles disponibles, notamment dans les pôles logistiques », précise Daniel Hamelin.

Investissement et productivité : des possibilités de croissance durable

Près de 709 M$ sont prévus en innovation dans le budget. Les investissements de plus de 329 M$ pour accélérer l’adoption de l’intelligence artificielle, notamment en appuyant la mise à niveau des connaissances et des compétences, favoriseront une meilleure intégration d’applications d’intelligence artificielle en entreprise.

Climat d’affaires : encourager un environnement dynamique

Le Québec fait face à certains enjeux, en ce qui a trait à l’entrepreneuriat et au repreneuriat. La FCCQ demandait des interventions concrètes en ce sens dans ses demandes prébudgétaires et dans son plan Accélérer le rythme, en accord avec la position de la Chambre de commerce de Mékinac  « Investir pour accroître l’entrepreneuriat et encourager les jeunes Québécois à se diriger vers ces carrières stimulantes, est assurément une bonne mesure, surtout devant le constat d’un ralentissement de l’indice entrepreneurial au Québec en comparaison avec les autres provinces », soulignent Stéphane Forget et Daniel Hamelin.

Pour la FCCQ et la Chambre de commerce de Mékinac, il sera important de bien accompagner les nouvelles entreprises pour accéder au capital de risque et ainsi pouvoir investir dans leur croissance, et en leur permettant autant que possible un cadre flexible pour tester de nouvelles idées innovantes, ce que l’on appelle le concept de bac à sable réglementaire.

« C’est un budget qui vise à améliorer le climat d’affaires et encourager l’entrepreneuriat des jeunes et les entreprises en région, à travers les diverses mesures », souligne Stéphane Forget. « Ce budget permet de prévoir que la bonne croissance économique des dernières années se poursuivra, mais il importe de garder l’œil sur les menaces de ralentissement de cette croissance », conclut Daniel Hamelin.

-30-

Renseignements :

Mélanie Thiffeault, directrice générale
Chambre de commerce de Mékinac
[javascript protected email address]
418 365-3983 ou 418 507-3983

Joanne Beauvais, directrice des communications
Fédération des chambres de commerce du Québec
[javascript protected email address]
514 844-9571, poste 3242

Partagez!

Nos partenaires

Défiler vers le haut